Contrat de travail

Le CPE : un Contrat Pour l’Exploitation ?

Le gouvernement avance trois objectifs pour le CPE : des créations d’emplois pour les plus jeunes ; une meilleure prise en compte des difficultés des entreprises face à l’incertitude, une intégration plus forte des jeunes au marché du travail mais aussi à la vie sociale. Ces objectifs ont-ils des chances d’être atteints ?

D’abord, le CPE est-il vraiment un Contrat Pour l’Emploi ? Contrairement à ce que l’on peut souvent lire ou entendre, il n’y a pas de consensus parmi les économistes concernant les effets de la protection de l’emploi sur le chômage . Le gouvernement attend avant tout du CPE qu’il entraîne des créations d’emplois pour les jeunes dans un climat d’incertitude où les entreprises ne peuvent pas toujours embaucher en CDI. Lorsqu’un employeur prévoit une embauche pour répondre à une reprise de son activité, mais qu’il doute de la solidité de cette reprise, il peut être réticent à proposer un CDI. Il peut alors proposer des stages, ou des CDD de courte durée qui lui permettent de ne pas s’exposer aux difficultés de licenciements potentiels.

Pourquoi il faut retirer le CPE et le CNE

Contrat de travailContrat de travail

Eléments d’analyse et argumentaire

1. La flexibilité ne crée pas d’emplois

Un des arguments avancés par le gouvernement pour imposer le CPE et le CNE est que davantage de flexibilité pour les entreprises (c’est-à-dire côté salariés davantage de précarité) permettrait de créer des emplois supplémentaires. La flexibilité aurait un effet positif sur le volume global de l’emploi. Il faut d’abord rappeler que les instruments de flexibilité existent déjà avec l’intérim, les CDD, le temps partiel, les stages et contrats aidés. Ces emplois précaires se sont multipliés depuis 20 ans : 2,5 millions d’emplois précaires supplémentaires ont été créés sans effet notable sur le chômage. Les comparaisons internationales confirment qu’il n’est pas possible de mettre en évidence un lien empirique entre la flexibilité de l’emploi et les performances du marché du travail.

Haut