Le baromètre

Alors qu’augmente le nombre de chômeurs et que l’on durcit les conditions d’accès à diverses mesures d’assistance, le système statistique français ne peut répondre à cette simple question : combien y a-t-il de pauvres en France aujourd’hui ? L’Insee peut fournir une somme de données avec à peine quelques semaines de délai (sur le moral des ménages ou des chefs d’entreprise, le niveau du PIB trimestriel ou annuel, le niveau des prix, etc.), mais l’Institut a publié récemment les données concernant la pauvreté pour l’année... 2000 ! Et quelles données : le taux de pauvreté en France serait en baisse.

Le profil de l’indice BIP 40 depuis 1980 est, quant à lui, bien plus conforme à ce que l’on peut percevoir intuitivement de l’évolution de la pauvreté et des inégalités.

Forum autour du Bip 40

Le 16 décembre 2004, le Réseau d’Alerte sur les Inégalités était invité au Forum organisé par nouvelobs.com pour un débat autour du Bip 40. Les échanges peuvent être consultés à l’adresse :

http://forums.nouvelobs.com/archives/forum_191.html

Edition 2004 du Bip 40 : un avis d’alerte sociale

Bip 40Bip 40

Quoi qu’on en dise, l’économie française se porte bien ! Elle produit aujourd’hui 60 % de richesses en plus qu’il y a vingt ans. Le Cac 40 a doublé, les revenus financiers ont triplé leur part dans le revenu des ménages, et le nombre de grandes fortunes n’a jamais été aussi élevé. Ce n’est donc pas la crise pour tout le monde... En même temps, Rmistes, salariés pauvres et SDF semblent n’avoir jamais été si nombreux. L’accroissement de l’extrême richesse et de l’extrême pauvreté devrait logiquement signifier une hausse massive des inégalités dans notre pays. Pourtant les chiffres de l’Insee, ne montrent aucune augmentation des inégalités, bien au contraire.

Niveau record pour les inégalités et la pauvreté

Bip 40Bip 40

Communiqué de presse du 17 mai 2005

Alors que les chiffres du Dow Jones et du Cac 40 sont présents sur tous les médias, la mesure des inégalités et de la pauvreté est largement absente du débat public. Les derniers chiffres officiels sur les inégalités de revenus en France sont largement dépassés puisqu’ils datent de 2001. Pire encore : les chiffres officiels sur le taux de pauvreté sont biaisés, notamment parce qu’ils ne prennent guère en compte les revenus du patrimoine qui ont explosé depuis une quinzaine d’années. L’Insee affiche ainsi, contre toute évidence, une baisse du taux de pauvreté en France, de 7,1% en 1984 à 6,1 % en 2001. Pour pallier ce manque criant, le Rai (Réseau d’alerte sur les inégalités) publie depuis quelques années un indicateur synthétique, le Bip 40 (Baromètre des inégalités et de la pauvreté) qui résume en un indicateur synthétique plus de 60 séries de données regroupées en six grands domaines : revenus, emploi, éducation, logement, santé, justice.

Graphique : l’évolution du Bip 40 entre 1980 et 2004

Bip 40Bip 40

La valeur de l’indicateur Bip 40 (5,63 en 2004) n’a pas de signification précise : ce sont surtout ses variations qui sont significatives. Une hausse du Bip 40 traduit un accroissement des inégalités et de la pauvreté tandis qu’une baisse reflète le mouvement inverse.

Pour plus de détails, voir la rubrique Méthodologie du BIP 40

Le Bip 40, un baromètre pour faire pression

Bip 40Bip 40

Rassembler tous les ingrédients qui concourent au développement des inégalités et de la pauvreté en un seul indice. L’entreprise est certes complexe, mais salubre.

Ceux qui écoutent la chronique économique de Jean-Marc Sylvestre tous les matins sur France Inter savent combien les indicateurs économiques classiques, comme l’inévitable Cac 40 (pour la Bourse de Paris) ou le taux de croissance du PIB, dominent le débat public. Comment attirer davantage l’attention sur les inégalités et la pauvreté, y compris dans leur dimension non monétaire ? Cette constante préoccupation d’Alternatives Economiques [1] rejoignait celles du Réseau d’alerte sur les inégalités (RAI). Ce réseau regroupe depuis 1995 des associations militantes comme Droit au logement ou Agir ensemble contre le chômage (AC !), des organisations syndicales et des chercheurs. Pour faire pièce au Cac 40, le RAI s’est lancé dans la confection d’un baromètre des inégalités et de la pauvreté, le Bip 40 (clin d’oeil malicieux au PIB). Voici, en exclusivité dans Alternatives Economiques, les premiers résultats de ce travail de bénédictin.

Baromètre des inégalités et de la pauvreté, édition 2006 : Bip40 poursuit sa hausse

Bip 40Bip 40

Pour la troisième année consécutive, les inégalités et la pauvreté ont progressé en France en 2004. Après avoir fortement baissé entre 2000 et 2001, les inégalités ont recommencé à augmenter à partir de 2002. La hausse a été particulièrement forte en 2003 et s’est poursuivie en 2004 : cette année-là, les inégalités ont atteint leur plus haut niveau depuis 20 ans.

Edition 2005 : le Bip 40 atteint son niveau record

Bip 40Bip 40

Au moment où l’Assemblée nationale adopte le plan de « cohésion sociale » de M. Borloo, la nouvelle édition du Bip 40 (Baromètres des inégalités et de la pauvreté) indique une aggravation sans précédent pour l’année 2003. L’indicateur synthétique élaboré par le Réseau d’alerte sur les inégalités s’établit à 5,52 , en hausse de 5,5% par rapport à 2002. Il s’agit d’une estimation provisoire, basée sur l’actualisation de 41 séries sur les 61 que comporte le Bip 40.

Le précédent record du Bip 40 remontait à 1998. Entre 1999 et 2001, les inégalités et la pauvreté avaient reculé en France, à la faveur de la croissance économique et des créations d’emplois ; mais le Bip 40 est reparti vigoureusement à la hausse en 2002 et 2003. Ce nouveau cycle d’accroissement des inégalités et de la pauvreté, enclenché à la fin du gouvernement de M. Jospin, a atteint avec MM. Chirac et Raffarin un rythme inédit depuis le milieu des années 1980 (voir graphique).

Le Bip 40, une réponse au Cac 40

Bip 40Bip 40

Le Bip 40 veut favoriser une meilleure connaissance des inégalités

Alternatives Economiques : Qu’est-ce qui a amené le Réseau d’alerte sur les inégalités à imaginer le Bip 40 ?

Pierre Concialdi : Ce projet a été soumis au RAI en 1999 par Denis Robert (l’auteur de Révélation$) et Jean-Baptiste Eyraud, de l’association Droit au logement (Dal). L’idée d’un Bip 40 (baromètre des inégalités et de la pauvreté) a été imaginée en référence au Cac 40+, dont les variations s’affichent en continu sur LCI. A l’époque, en effet, en même temps que la Bourse flambait et que la croissance semblait repartir, les associations signalaient, sur le terrain, la recrudescence des inégalités et des tensions sociales. Le décalage entre cette réalité de terrain et les (rares) indicateurs officiels disponibles a conduit le RAI à réfléchir à la construction d’un indicateur qui pourrait mieux décrire ces tendances.

Le BIP40 est-il sérieux ?

Bip 40Bip 40

Une livraison récente de la prestigieuse revue de l’Insee, Economie et Statistique (Eco & Stat pour les intimes), propose un dossier sur l’approche statistique de la pauvreté pour des comparaisons internationales. Dans l’article introduisant ce dossier [1] , Daniel Verger, chef de l’Unité Méthodes Statistiques de l’Institut, met sérieusement en doute la crédibilité du BIP40 en tant qu’indicateur statistique fiable. Nous souhaitons ici poursuivre cette discussion, certes quelque peu technique, mais indispensable pour éviter des procès trop vite instruits.

Haut